Comportements toxiques, Les témoignages

« Il n’en pouvait plus et n’avait de cesse de venir me voir pour recréer du contact… »

Temps de lecture: 5 min 4 s

Bonjour à toutes et à tous,


Cela fait plusieurs mois que je suis victime d’harcèlement sexuel de la part de mon supérieur hiérarchique… Début nous avions une bonne entente. Je m’efforçais de conserver de bonnes relations au travail. Dès le début, alors que je le vouvoyais, il a insisté pour que l’on se tutoie car selon ça lui donnait l’impression d’être vieux, « d’être mon père ». Cela aurait dû m’alerter mais non puis il y a eu les regards de merlan fris, les regards hyper insistants tous les midis durant la pause déjeuner, la surveillance de mon arrivée au bureau via les caméras de vidéosurveillance (il y avait accès) pour débarquer dans mon bureau chaque matin 15mn à peine après mon arrivée… Alors que je n’arrivais jamais à la même heure…


Tous les prétextes étaient bons pour venir dans mon bureau me voir.


Puis les scènes de « jalousie » et la possessivité : « combien de fois par jour tu parles à une telle ? Combien de fois par semaine ? Montre-moi le mail envoyé par un tel. De quoi avez-vous parlé… »

Il était aussi jaloux des femmes que des hommes. Les cris et les scènes auprès des personnes qui pouvaient interagir avec moi… Un jour c’était tellement violent que j’ai décidé de me mettre à l’écart et de rester dans mon bureau pour pouvoir travailler tranquillement et prendre mes distances. Il n’en pouvait plus et n’avait de cesse de venir me voir pour recréer du contact…


Les remarques désobligeantes :

  • sur le port du masque (« Ah non ne met pas ton masque ça me permet de voir ton visage»),
  • lors d’une discussion juridique sur les relations hommes-femmes en entreprise (« qu’est-ce que tu essaies de me dire ? »), j’ai beau lui avoir dit non que ce n’était pas ce qu’il croyait, ça a continué de plus belle.
  • Sur une sortie pour le nouvel an (« avec ton corps de déesse ») …
  • Les tentatives de dissuasion pour ne pas que je sorte le weekend avec mes amies…sous prétexte de Covid…

Il ne me lâchait plus… Je devais lui rendre des comptes sur tout… jusqu’à mes sorties en dehors du travail. Une fois une collègue plaisantait et lui a fait croire que j’avais dit qu’il avait un gros bide… Il est donc venu à plusieurs reprises me demander des comptes sur ça sans compter les réflexions : « maintenant je fais attention vu que tu as dit que j’avais du ventre » . Il s’est mis au régime.

Chaque contrariété était prise comme un refus personnel même si le travail justifiait cela… Cela m’exposait à des représailles (fausses informations sur des sujets pour me faire trébucher, mise en porte à faux à coup de mensonges auprès de la direction générale…).

À chaque fois qu’il sentait que je voulais quitter l’entreprise, j’avais droit à des cris et menaces car inacceptable l’idée que je puisse lui échapper : « je vais pas retrouver ton cv sur une CVthèque, hein » , « je vais pas voir que tu es en train de rechercher… » , « Tu veux partir c’est ça, hein ! » , « Pourquoi tu dis vous, tu es déjà partie dans ta tête hein!!! » )… Il devenait complètement fou et hyper agressif….

Il a tout fait pour qu’on renouvelle ma période d’essai (à coups de mensonges) histoire d’avoir un moyen de pression sur moi et donc pour lui « un moyen de lui prouver des choses » comme il s’est fait le plaisir de me dire… J’ai du coup demandé un délai de réflexion pour signer mon renouvellement de période d’essai (j’envisageais de partir) et là il est devenu complètement fou. Il a pris la notification de renouvellement de période d’essai du bout des doigts et a commencé à l’agiter devant mes yeux en criant : « Tu es RH, ça veut dire quoi ça quand quelqu’un refuse de signer, hein » . La scène était d’une violence… À la suite de cet incident j’ai supplié le directeur général de me changer de supérieur hiérarchique et de me prendre sous son aile. Il a fini par accepter.

Mon harceleur ne s’est pas avoué vaincu, il m’a demandé de réfléchir en jouant au gentil. Alors que par derrière il œuvrait pour que l’on me casse ma période d’essai en guise de représailles conscient que j’allais lui échapper… Il a été jusqu’à inventer un mensonge énorme soi-disant que mon salaire mettait en péril la santé financière de la boîte… Il était DAF. Ça n’a finalement pas marché. J’ai fini par le confronter au fait que je ne voulais plus être managée par lui ainsi qu’au fait qu’il voulait casser ma période d’essai… Il s’est dérobé et a fui et a fini par accepter mon changement de management. Du moins, il a feint de le faire…

J’ai encore une fois eu droit à des représailles : mail pour officialiser soi-disant qu’il n’était plus mon manager en me mettant en porte à faux sur quelque chose. J’ai tenu bon et commencé à prendre mes distances professionnellement en établissant de nouvelles règles de travail entre nous… Bien mal m’en a pris puisqu’il a réclamé une promotion à la direction générale à savoir passer DGA et donc réclamé d’avoir la vue sur mes faits et gestes et donc de garder le contact avec moi… Comme il est proche du directeur général, il abuse et use de sa confiance. Il a obtenu le poste.


J’ai commencé à sentir l’étau se resserrer sur moi et j’ai eu le courage de partir avant que la situation ne dégénère réellement et ne se transforme en passage l’acte.

Je ne sais pas de quoi sera fait demain. Mais il fallait que je parte pour lui échapper.

Je tiens à préciser que cette personne fait l’objet d’une procédure judiciaire à son encontre pour harcèlement vis à vis d’un ancien collaborateur. Marié et père de famille (2 filles), il se cache derrière une fausse image de la famille parfaite pour commettre ses méfaits. Je crois même qu’il est séparé en réalité. Un double discours auprès des autres salariés de la boîte sur sa vie de famille, ses vacances en amoureux avec sa femme alors que derrière il venait m’harceler pour que je lui raconte ce que je faisais exactement de mes vacances…

Vous imaginez un harceleur avec une attirance pour une personne… Un vrai cocktail Molotov. En plus l’absence de réaction de la direction générale à son égard avec bien au contraire une promotion n’a fait qu’accroître son sentiment d’impunité. Je n’avais plus d’échappatoire…


Quand j’ai annoncé mon départ à cause de lui, il a attendu qu’il n’y ait plus personne autour de moi pour venir me voir sous un faux prétexte trois fois… Aujourd’hui encore il est venu sous un faux prétexte dans mon bureau pour me dire bonjour alors qu’il sait très bien ce que je pense de lui. C’est sans fin. Il ne me lâchera pas.


Le pire dans tout ça c’est qu’il joue à la victime… au « harceleur harcelé ». Il se complaint dans l’entreprise à dire qu’il aurait aimé qu’on s’entende, que je l’ai pris en grippe… Une vraie personnalité de psychopathe.


J’ai senti le danger.


Je termine mon préavis actuellement.

Ce témoignage me fait penser au mien… Vous le retrouverez ici

#METOO : On en parle !

Harcèlement Sexuel au travail

Selon le sondage ifoP « les françaises et le harcèlement sexuel au travail » pour VieHealthy réalisé en 2018, une française sur trois a été confrontée à une situation de harcèlement sexuel au cours de sa vie professionnelle, sans pour autant en avoir conscience.

Lire la suite

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s