Les témoignages, Vouloir remonter la pente

« Vous vous dites « allez tiens bon tu vas y arriver », et c’est également ce que vous dit le management, alors vous y croyez. »

Dans mon travail en tant que chef de projet, je suis pris en permanence au milieu de tout le monde. Il y a d’un côté les clients qui veulent tout pour demain, les équipes qui ne sont pas disponible, le management qui dit que vos projets ne sont pas prioritaires et vous êtes au milieu de tout cela et vous devez composer avec. Donc vous essayez de répondre au mieux au client pour ne pas le perdre et le satisfaire, et pour cela, vous réfléchissez toute la journée à ce que vous allez répondre et surtout comment, en se mettant à sa place.

Au début, vous avez toujours espoir de pouvoir répondre favorablement et puis en définitive votre réponse ne correspond pas au client. Et là, la spirale infernale commence car si vous n’aviez qu’un seul projet cela irait mais vous en avez plusieurs. Donc vous commencez à angoisser la journée, car vous vous faites harceler d’email et de coup de téléphone par le client et vous êtes impuissant.

Le management ne vous réponds pas, ou quand il vous répond, il vous dit que vos projets ne sont pas prioritaires. Puis vous commencez à dormir de moins en moins et vous fuyez votre bureau pour ne pas entendre le téléphone sonner et pour ne pas lire vos emails. Dans votre vie personnelle, vous devez agressif et vous avez envie de pleurer, vous êtes entre surexcité et triste. Mais vous vous dites « allez tiens bon tu vas y arriver », et c’est également ce que vous dit le management, alors vous y croyez. Vous essayez de vous raccrocher à vos amis/es pour vous changer les idées.

Et puis, en faisant, la visite médicale pour le travail, l’infirmière me dit que j’ai l’air fatigué et nerveux. Je lui explique que je dors peu et qu’effectivement je suis fatigué. Elle me dit que je suis en train de faire un burn-out. Elle vient de me confirmer ce que je ne voulais pas entendre de moi, mais qu’au fond, je pensais. Elle me conseille d’aller chez mon médecin pour me faire arrêter mais, comme je ne voulais toujours pas y croire et que je tenais à ma fierté, je n’y suis pas allé.

Le weekend qui a suivi, j’ai envoyé balader mes enfants comme jamais, et là, je me suis dit que j’avais été trop loin et j’ai repensé à ce que l’infirmière m’avait dit quelques jours plutôt. Alors le lundi matin, je suis allé chez mon médecin qui m’a confirmé un burn-out. Il m’a conseillé de m’arrêter deux semaines car au-delà il y avait un risque que la reprise soit très difficile. Depuis j’ai repris le travail et je prends les choses avec beaucoup plus de recul.

Vous aussi, racontez votre histoire, anonymement (ou non), publiquement (ou non), parce que ça fait du bien, parce que ça peut aider les autres, parce que ça peut changer les choses, parce que ce n’est pas un tabou et parce qu’on a le droit de se plaindre. C’est juste en cliquant ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s