Jeunesse au bord du précipice, Les témoignages

« J’avais l’impression que ce que je voulais ne comptais pas, que je ne comptais pas et que je devais écouter les adultes et me taire. »

Temps de lecture: 2 min 6 s

J’ai fait un burn out en classe de 1ère, je sais c’est jeune, et j’ai même été hospitalisée pour ça.

C’est arrivé un soir, d’un coup, ma vision s’est troublée, je ne supportais plus la lumière, je voyais des étoiles, je me suis sentie très faible, j’étais molle, vraiment. J’ai été chez le docteur qui m’a prescrit une prise de sang ainsi qu’une radio des cervicales (il pensait peut-être à un nerf coincé au niveau des cervicales).

Lire la suite « « J’avais l’impression que ce que je voulais ne comptais pas, que je ne comptais pas et que je devais écouter les adultes et me taire. » »
Les témoignages, Quand le corps parle...

« Si l’argent était une langue, il faudrait que j’en apprenne les rudiments »

« Tu n’as pas à prendre de vacances… tu n’es pas une employée à problèmes, tu n’es pas mère célibataire avec des enfants… »


« Si j’étais toi, je ferais ce qu’ils vont te dire sans broncher… »


« Si tu prends tes vacances, tu seras dans le viseur des licenciements économiques. Tu auras pris des vacances donc tu n’auras pas contribué comme tout le monde pour sauver la boîte ! »


« Tu étais en télétravail ? écoute, la déclaration à temps partiel sur ton bulletin c’est pour sauver vos postes et sauver la boîte. Estime-toi heureuse et reconnaissante d’avoir encore du boulot ! »


« Tu n’auras qu’une semaine de vacances et la deuxième on la fait sauter ? ça te va ? »


NON. Non, ça ne va pas.

Au-delàs d’aller ou pas, ça reste surtout illégal. Ils sont au-dessus de tout, tout le temps. Pas de règles, pas de lois, manipulation et chantage sont les maîtres mots d’un management écœurant. Enfin, si on peut appeler tout cela du management.
Des boss, qui revendiquent le bien-être en entreprise et la bienveillance… mais tutoyer ses patrons de 35ans, dire bonjour à tous les employés avec un grand et faux sourire n’est pas suffisant.
Le bien paraitre pour ne pas entacher l’image de dirigeants méprisants.

Nous, je, nous sommes, je suis, employés, pions, machines à sous, poupées de chiffon, vaches à lait, chair à pognon.
Tu, tu es, un patron classique. Tu es tout ce qu’il y a de plus classique et prévisible dans ton rôle de dirigeant, de chef,
de petit chef.
Nous sommes à tes soins, à tes ordres et à ton rendement. Comme du bétail bien éduqué et parfaitement conditionné,
nous produisons ce que tu désires le plus.
Si l’argent était une langue, il faudrait que j’en apprenne les rudiments afin de les comprendre. Afin de comprendre la façon dont ils ont de voir leurs employés.


Arrêt maladie. Je n’ai pas eu une gastro ou une grippe saisonnière. Cerveau. Tumeur. C’était bénin, certes. Mais à cet instant de ma vie, j’aurais aimé avoir et recevoir des tonnes de bienveillance et de compréhension.
Scanner, IRM, neurologue, neurochirurgien… pendant une année, ma vie a été ponctuée de quelques RDV médicaux. Un suivi essentiel et primordial pour une guérison totale.


« Ecoute, tous tes rendez-vous là… va falloir se calmer. »


« Bon, c’est comme un rendez-vous chez le coiffeur, tu peux caler ça le samedi matin comme tout le monde ».


« Tu n’as rien à dire je pense… on a quand même été extrêmement bienveillants pendant ton arrêt maladie, avec tous tes rendez-vous ! »


Qui sont-ils pour oser dire tout cela… et encore, s’il n’y avait que ça. A rédiger ces « maux », la nausée pointe le bout de son nez. Ces paroles, ces actes, m’affectent encore psychologiquement. Je suis réduite à un rendement, je perds petit à petit toute humanité et devient un robot, une machine à sous.


Machine à sous.

Ici, l’argent achète tout. Même mon joli sourire et mon silence. Après des mois compliqués où la pression et la charge de travail m’ont énormément affecté, mon sourire crispé a laissé place à un visage aux traits tirés, plombé par un sourire à peine perceptible. Je remuais ciel et terre, essayais de me faire voir, étendre, comprendre.

« Comment on fait si tout le monde faisait la gueule ? Tu dois venir ici avec le sourire et être de bonne humeur. Les problèmes tu les laisses chez toi. »

« J’ai pensé à t’augmenter… en système de primes sur 2/3 mois dans un 1er temps : 100€ brut. Mais attention, pour avoir cette prime : tu dois sourire, être enjouée et être de bonne humeur. Si le contrat n’est pas respecté, ça saute. C’est donnant donnant ! »

Négociations douteuses et chantage, harcèlement psychologique, considération zéro et comportements abusifs… rien ne les arrête. Il va falloir que ça cesse. Rapidement.

Découvrez tous les conseils de TravailEcoute ici :

Vous souhaitez faire appel à mes services ?

Divers, Dossiers

L’ASTHÉNIE, quand la fatigue devient anormale.

J’ai découvert ce terme, l’asthénie, après mon burn-out lorsque j’ai lu le compte rendu d’hospitalisation.

Moi, je savais que la cause de mes symptômes physiques était liée à l’épuisement professionnel, mais aucun professionnel de la santé n’avait confirmé mon sentiment, celui d’être épuisé. Alors je voulais partager avec vous mes recherches à ce sujet.

Lire la suite « L’ASTHÉNIE, quand la fatigue devient anormale. »
Autres, Quand le corps parle...

« C’est le burn-out, c’est la première fois de ma vie que j’entends ce nom et je ne sais pas que cette maladie va être la plus dure étape de ma vie. »

Bonjour, je suis en burn-out également.

Août 2016, je me retrouve le dos complètement bloqué, je vais voir des tas de spécialistes qui ne comprennent pas. Plus on avance et plus je suis apeurée car je ne trouve pas de position pour ne pas avoir mal, je ne sais plus me retourner dans mon lit. Je crois que je vais finir mes jours handicapée à souffrir sans une minute de repos. Je pleure sans savoir pourquoi. Ensuite, arrivent les crises d’angoisses, je ne parviens plus à gérer ma respiration. Alors, j’appelle le médecin, plusieurs fois par jour. Je ne supporte plus rien, ni la télévision ni le bruit, même celui de l’eau qui remplit la baignoire m’agace. Au bout de quelques jours, je savais que si je devais rester comme ça, que je ne le supporterais pas. Que me restait-il comme solution ?

Lire la suite ▼
Conseils, Dossiers, Mieux être

Les 6 points clés pour « mieux être » au travail

Temps de lecture: 4 min 14 s

Être heureux et épanoui au travail n’est pas une chose acquise.

La qualité de vie au travail dépend de nombreux facteurs et plusieurs éléments peuvent avoir une influence sur notre humeur. Ces facteurs liés au travail qui peuvent mener à l’épuisement professionnel ou pire, aux maladies professionnelles, ne dépendent pas que de nous même, ils dépendent aussi de l’environnement.

Alors comment avancer dans un contexte qui n’est pas toujours favorable au développement personnel ?

Lire la suite ▼
Dossiers, Maladies professionelles

Les maladies professionnelles

Une maladie est reconnue comme professionnelle si elle figure sur le tableau du Code de la Sécurité Sociale.

Elle doit être liée à l’exposition face à différents risques et/ou conditions de travail du salarié lors de l’exercice de sa fonction. Pour les accidents de travail, la relation de cause à effet est facilement détectable, contrairement aux maladies professionnelles qui, elles, sont plus insidieuses. Il est généralement plus difficile de mettre un point de départ aux symptômes de ces maladies, les causes sont souvent multiples, à l’instar d’un accident qui surviendrait à un instant T.

A savoir que depuis la loi du 17 août 2015, les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle sous certaines conditions (Article L461-1).

Par ailleurs, d’autres maladies existent et sont souvent banalisées, elles naissent d’un effet boule de neige. Les symptômes s’accumulent, ils paraissent « normaux », comme la fatigue par exemple. Mais l’ajout de désagréments et de douleurs quotidiennes sont difficilement supportables, mais la majorité des gens s’en accommode par déni ou par dépit.

Pour vous aider à voir plus clair, ci-dessous, vous trouverez quelques exemples de symptômes. Il s’agit du transfert des émotions non exprimées ou non acceptées sur le corps, un message, une sonnette d’alarme en quelque sorte.

Lire la suite ▼