Dossiers

Le monde du travail de demain ?

Temps de lecture: 1 min 20 s

Au cours de mes études d’économie ou de management, j’ai beaucoup entendu parlé de personnages comme Fayol, Taylor, inspirant des modèles franchement pas motivant pour la milléniale/utopiste que je suis ; jusqu’à ce que l’un de mes professeurs nous parle d’une certaine Mary Parker Follett.

Révélation !

Henry Mintzberg, le « gourou » du management disait : « Imaginez, si nous avions passé la plus grande partie du siècle à suivre les enseignements de Mary Parker Follett au lieu de ceux de Fayol ! »

Mary Parker Follett est née à Boston en 1868. Une fois diplômée de Harvard, elle publie différents écrits avant de s’adonner au travail social. Tout au long de sa vie, Mary Parker Follett ne cessera de remettre en question le management, le leadership, le conflit en proposant des théories visant, notamment, à décomplexifier l’environnement professionnel.

J’adore ce pragmatisme, cette sensibilité, cette intelligence !

Trop peu connue à mon gout, je souhaite aujourd’hui partager avec vous quelques-unes de ces pensées sur le travail.

Management dans tout ses états

L’approche follettienne consiste à rapprocher des styles de management à différents états de la matière. En effet, selon Mary Parker Follett, les organisations pourraient passer l’un état solide à un état liquide, et pourquoi pas un jour, à celui d’évanescent.

C’est le monde de l’ordre et de la structure formelle

Les procédures, la hiérarchie pyramidale, l’autorité, l’expertise…

C’est le monde de l’adaptation à l’environnement

Le projet, la prise en compte de l’opportunisme, du temps et du mouvement, celle de la transversalité…

Un monde en quête de sens

Un monde sans maître, un monde sublimé ou vaporisé, dans un monde fait de remise en cause des élites politiques, religieuses et scientifiques. Un mode hyper-complexe, imprévisible, où l’incertain et le chaos se côtoient. C’est aussi un monde qui nécessite inspirations, intuitions, révélations… Quelque chose doit naître du désordre.

Quelques unes de ces pensées…

Pour aller plus loin :

Un environnement capacitant pour travailler efficacement

Le leadership follettien : un modèle pour demain ?

Vous rêver d’un monde du travail différent ? RACONTEZ NOUS !

Caissière en libre-service, Comportements toxiques, Les témoignages

Chasser les peurs individuelles et l’égoïsme

L’entreprise a besoin d’évoluer vers la prise en compte de l’autre et si l’on n’a pas fait un tant soit peu le tour de soi-même, comme le dit si bien Fabrice Luchini, comment peut-on s’intéresser à autrui ?

Lire la suite « Chasser les peurs individuelles et l’égoïsme »