Conseils, Dossiers

Les différentes façons de trouver son bonheur

Que se soit dans la sphère professionnelle ou dans la vie personnelle, nous sommes (plus ou moins) guidés par la quête du bonheur, par la satisfaction des plaisirs et par la recherche d’un certain apaisement au travail.

Comment trouve-t-on son bonheur ?

3 visions différentes et complémentaires

Les philosophes ont réfléchi avant nous à ces questions. D’après leurs recherches, il semblait qu’il existe différentes façons d’aborder le bonheur, des plus matérialistes et individualistes aux plus idéalistes et universalistes. Nous en avons retenu 3 parmi elles : l’hédonisme, l’épicurisme et l’eudémonisme.

* Le nihilisme est une théorie philosophique qui affirme l’absurdité de la vie, l’inexistence de la morale et de la vérité (l’opposé de la quête de sens)

Tu es plutôt hédoniste, épicurien.ne ou eudémoniste dans ta quête du bonheur ?

Et pour trouver le bonheur au travail, tu es plutôt :

1/ à t’investir tout le temps, à apprécier des « petites choses » (des moments avec les collègues, des réussites, un lieu de travail), à chercher le kiff partout, le plaisir avant tout sans te prendre la tête


2/ à apprécier d’avoir (déjà) un travail pour te nourrir et payer ce que tu as à payer, à chercher à être en bonne santé et c’est déjà bien


3/ à chercher un boulot qui te correspond, qui colle à ton fonctionnement, à tes valeurs et dans lequel tu parviens à t’épanouir

1

2

3

Plus de philo :

Le stoïcisme contre le burn-out ?

Et si le stoïcisme permettait d’éviter le burn-out et/ou de se remettre d’un épuisement professionnel ? Epictète (50-125 ap. J.-C) est un philosophe grec stoïcien, ancien esclave… Il n’a rien écrit mais ses élèves ont transmis des notes de cours, que l’on retrouve dans le «Manuel», avec les principes stoïciens permettant à l’homme de se… Lire la suite Le stoïcisme contre le burn-out ?

Dossiers

Le monde du travail de demain ?

Temps de lecture: 1 min 20 s

Au cours de mes études d’économie ou de management, j’ai beaucoup entendu parlé de personnages comme Fayol, Taylor, inspirant des modèles franchement pas motivant pour la milléniale/utopiste que je suis ; jusqu’à ce que l’un de mes professeurs nous parle d’une certaine Mary Parker Follett.

Révélation !

Henry Mintzberg, le « gourou » du management disait : « Imaginez, si nous avions passé la plus grande partie du siècle à suivre les enseignements de Mary Parker Follett au lieu de ceux de Fayol ! »

Mary Parker Follett est née à Boston en 1868. Une fois diplômée de Harvard, elle publie différents écrits avant de s’adonner au travail social. Tout au long de sa vie, Mary Parker Follett ne cessera de remettre en question le management, le leadership, le conflit en proposant des théories visant, notamment, à décomplexifier l’environnement professionnel.

J’adore ce pragmatisme, cette sensibilité, cette intelligence !

Trop peu connue à mon gout, je souhaite aujourd’hui partager avec vous quelques-unes de ces pensées sur le travail.

Management dans tout ses états

L’approche follettienne consiste à rapprocher des styles de management à différents états de la matière. En effet, selon Mary Parker Follett, les organisations pourraient passer l’un état solide à un état liquide, et pourquoi pas un jour, à celui d’évanescent.

C’est le monde de l’ordre et de la structure formelle

Les procédures, la hiérarchie pyramidale, l’autorité, l’expertise…

C’est le monde de l’adaptation à l’environnement

Le projet, la prise en compte de l’opportunisme, du temps et du mouvement, celle de la transversalité…

Un monde en quête de sens

Un monde sans maître, un monde sublimé ou vaporisé, dans un monde fait de remise en cause des élites politiques, religieuses et scientifiques. Un mode hyper-complexe, imprévisible, où l’incertain et le chaos se côtoient. C’est aussi un monde qui nécessite inspirations, intuitions, révélations… Quelque chose doit naître du désordre.

Quelques unes de ces pensées…

Pour aller plus loin :

Un environnement capacitant pour travailler efficacement

Le leadership follettien : un modèle pour demain ?

Vous rêver d’un monde du travail différent ? RACONTEZ NOUS !